Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Salon international du livre de Québec

Publié le par Sonia Alain

Par Cynthia Carbonneau
Le 15 avril 2018

 

Cette semaine, du 11 au 15 avril, avait lieu le Salon international du livre de Québec (aussi connu sous l'acronyme SILQ) et, comme à mon habitude, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller y faire un tour ! Pouvoir rencontrer ses auteurs favoris est une opportunité à saisir, surtout lorsque l'évènement se déroule dans la ville dans laquelle j'habite. Armée de mon sac réutilisable prêt à accueillir ma récolte, je suis partie à l'aventure hier matin...

 

Comme je ne reste jamais bien longtemps (sachez que j'ai horreur des foules et que le samedi est probablement l'une des journées les plus achalandées du salon), j'avais déjà bien cerné les deux auteurs que je voulais rencontrer.

Je me suis ensuite dirigée vers le gigantesque kiosque d'AdA pour y rencontrer pour la deuxième fois l'auteure Sonia Alain, dont les livres D'amour et de haine et La dame de Knox m'avaient déjà bien satisfaite au cours des dernières années. J'en ai profité pour faire signer mon exemplaire du tout nouveau « conte interdit », soit Le Petit Chaperon rouge*, que j'ai dévoré au cours des deux derniers jours. Encore une fois, je ressors de ma rencontre avec Sonia avec un grand sourire. C'est toujours un immense plaisir de discuter avec elle (et j'ai bien hâte à la sortie du dernier volet D'amour et de haine, en automne 2018). 

 

 

 

Je ressors de ce salon du livre avec un grand sourire sur les lèvres et avec plein de nouveautés qui s'ajoute à ma pile à lire (PAL). Ce qui me surprend le plus chaque année est de voir à quel point la communauté livresque du Québec est diversifiée et solidaire. Mon copain, qui vivait le salon d'un point de vue externe à la communauté de blogueurs, a été sidéré par l'entraide et la passion qui y régnait. C'est une expérience qui j'ai plus que hâte de revivre l'année prochaine.

 

Sonia Alain : https://www.facebook.com/soniaalain.auteure

 

Cynthia Carbonneau

 

Commenter cet article