Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

- Presse & mentions - LES CONTES INTERDITS

Publié par Sonia Alain

Sonia Alain revisite Le Petit Chaperon rouge
Par Stéphane Fortier, du journal Première Éditions
Le 9 mars 2018

 

Sonia Alain nous avait habitués à des romans où l’on retrouvait l’aventure, la romance et, souvent, dans contextes historiques particuliers. 

 

Après la saga de Les gardiens des portes, de La Dame de Knox et D’Amour et de haine, sa superbe romance historique débutant en 1914 à Pointe-au-Père avec l’Empress of Ireland comme toile de fond, Sonia Alain se risque dans le roman noir dans la collection Les contes interdits.  Cette fois, avec  Le Petit Chaperon rouge (édité chez ADA), pas de retour dans le temps puisque son histoire, qu’elle qualifie de thriller policier d’horreur, est contemporaine et se déroule au Québec.

 

Un Petit Chaperon Rouge revisité pour adultes avertis. De quoi est-il question?  On parle d’une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. D’une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. D’un groupe d’hommes aux mœurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. D’un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel et d’un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

 

Si nous avons tous lu ou connaissons bien le conte de Perreault, on reconnaîtra facilement les analogies entre les personnages du conte pour enfants et ceux de ce roman. Facile de reconnaître le chaperon et les loups et même le chasseur, incarné par le sergent de police. « Dans ce roman, j’explore les tabous sexuels, la manipulation. La séductrice (chaperon) se sert de sa sexualité pour parvenir à ses fins », de décrire Sonia Alain.

 

Hors de l’ordinaire

 

Pour Sonia Alain, cette expérience de roman d’horreur était une première, mais serait-elle prête à récidiver ? « J’ai été approché par les responsables de la collection Contes interdits qui voulaient une histoire écrite par une femme. Cela a été un gros défi. Je suis une personne assez polyvalente, mais l’horreur n’était pas ma tasse de thé et on m’a donné deux mois pour le faire », relate l’écrivaine qui a gagné son pari d’emblée et en est contente. Mais? « Pas certaine que je me replongerais là-dedans. Je me sens beaucoup plus à l’aise dans les romances historiques ou contemporaines » , affirme-t-elle.

 

Malgré un certain inconfort avec le genre, son roman s’annonce comme une réussite tout simplement parce que Sonia Alain est une excellente écrivaine et peut s’adapter à n’importe quel genre. Pourquoi ? Sonia Alain est une passionnée et a su, au fil du temps, développer son propre style. « C’est néanmoins la première fois que la sortie d’un de mes romans me stresse et je me demande comment cela va être reçu », avoue l’écrivaine. Chose certaine, ses lecteurs réguliers vont reconnaître sa touche et ceux qui ne la connaissaient pas encore vont découvrir une romancière de talent.

 

En attendant, elle termine le tome trois de sa saga D’amour et de Haine et a déjà une commande pour un roman de style érotique.

 

Sonia Alain lancera officiellement Le Petit Chaperon rouge le 7 avril prochain à la bibliothèque de Saint-Lazare à 13 h.

 

Première Édition

 

Lancement de : Le Petit Chaperon Rouge, par l’auteure Sonia Alain
Par Rose, du blogue « Les sœurs éclectiques »
Le 8 avril 2018

 

Quel magnifique après-midi!

 

Les sœurs éclectiques ont eu le plaisir de se rendre au lancement de la talentueuse Sonia Alain pour la présentation de son nouveau roman « Le Petit Chaperon Rouge» qui vient rejoindre la belle et terrifiante famille de « Les contes interdits» Une série qui fait de plus en plus de fans partout où il passe. L’instigateur de cette série à phénomène est l'auteur Simon Rousseau, qui lui-même a écrit «Peter Pan». Arrivées en avance, nous avons pu assister à la première rencontre de l’auteure avec son livre physique. Un moment riche en émotions pour l’auteure ainsi que pour ceux qui ont eu la chance d’en être témoin.

 

 

 

 

Le lancement a eu lieu dans un décor chaleureux au sein de la Bibliothèque de Saint-Lazare, nous accueillant avec de nombreux sièges, une musique d’ambiance et une table de douceurs sucrées et de breuvages.

 

Accueilli comme des rois, l’expérience s’est poursuivie avec de beaux discours éloquents de nos hôtes de la bibliothèque, suivie d’une introduction élogieuse de Nycolas Doucet directeur général et éditeur aux éditions AdA, laissant place à la vedette du jour.

 

 

 

 

Sonia Alain nous a présenté son nouveau bébé avec image, nous offrant un PowerPoint à l’écran pour un survol de son aventure en image. Claire, intrigante et explosant de couleurs, nul doute que Sonia a su captiver toute l’assistance qui était pendue à ses lèvres avec sa présentation.

 

Voici ce que l’auteure nous a livré de son aventure.

 

Approchée par l’instigateur de ce projet, Simon Rousseau, lors d’une précédente Porte ouverte des éditions AdA, Monsieur Rousseau lui a exposé son idée de créer «Les Contes Interdits» et de confier un volet par auteur. Madame Alain a tout de suite été attirée par l’histoire du Petit Chaperon Rouge, mais manque de bol, et surtout de temps, elle n’a pas pu embarquer dans l’aventure à ce moment, vu qu’elle avait déjà plusieurs séries en cours et des délais à respecter.

 

Après quelque temps, lors d’un Salon du livre à Saguenay, elle s’est fait approcher une deuxième fois. Et oh! Quelle joie! Le chaperon rouge était encore disponible.

 

Assise avec son mari, ils ont réfléchi à l’idée. Un brainstorming de couple sur la signification de chaperon rouge sur le net, a fait éclore de plus en plus le désir de l’auteure d’embarquer dans ce projet qui la sortait de sa zone de confort.

 

Des idées plein la tête, Sonia passa une nuit très agitée. Le lendemain, se levant tant bien que mal pour une nouvelle journée au Salon du livre, son idée était faite! Elle avisa Simon qu'elle était prête à sauter tête première dans l’aventure!

 

 

 

 

L’écriture commença!

 

Le premier grand défi qui s’imposa fut la date! Seulement deux mois pour écrire le conte. Tout un pari! Ce sont les six bêtas-lectrices de Sonia qui ont dû suivre la pression et soutenir leur auteure. Tout un travail! Un rythme soutenu a dû être nécessaire. Sonia écrivait deux chapitres puis l’envoyait à ses bêtas-lectrices, récrivait deux autres chapitres et les envoyait aux bêtas, et ainsi de suite. Deux chapitres après l’autre. Un défi qu’elles et l’auteure ont relevé avec brio.

 

Une autre difficulté qui s’est imposée à l’auteure, dans la création du Petit Chaperon Rouge, fut le barème strict. C’était la première fois qu’elle devait se plier à de telles exigences lors de création. Elle a du incorporer à l’histoire * Une jeune gothique * Respecter une restriction de 45 mille mots. * Évoluer son histoire dans une atmosphère glauque. * Il devait être contemporain. * Et exempt de romance. Mais Sonia a tout de même réussi à négocier de pouvoir glisser une touche de surnaturel de son cru.

 

Les éléments que vous retrouverez dans ce conte réinventé seront : la cape, le panier, le chasseur (qui est personnifié par un sergent de police dans l’histoire), le loup (et les loups), mère-grand (adapter pour l’histoire dans le rôle d’une Tsigane).

 

 

 

 

Loup & Loups?

 

Le petit chaperon rouge surnommé la Louve.

 

Les loups : organisations de prédateurs sexuels.

 

Une fois la présentation terminée nous avons été invité à poser nos questions.

 

Voici ce que je lui ai demandé:

 

— Rose : Après l’écriture de ce roman(Le chaperon rouge) devons-nous nous attendre à voir plus d’horreur dans vos livres futures?

 

— Sonia : OUffff!!!! Ce roman a été dur en émotion pour moi. (Petit rire nerveux de la part de l’auteure) J’ai plusieurs romans en cours en ce moment dans mes genres habituels, alors pas pour le moment. Mais vu que je suis toujours partante pour me lancer dans des défis, je ne ferme aucune porte face à une telle possibilité.

 

Les mots de la fin par l’auteure fut : « BONNE PROMENADE DANS LES BOIS! »

 

 

 

 

Et voilà! Un condensé rapide de ce que l’auteure nous a révélé. Chaque personne présente a eu droit à un moment particulier et chaleureux avec l’auteure, pouvant se procurer un de ses livres, avoir une dédicace, une prise de photos avec Sonia et une conversation amicale.

 

Bref, j’ai adoré mon expérience et je n’ai qu’une envie, commencer ma lecture du chaperon rouge! Alors un conseille pour terminer, n’hésitez pas à vous rendre au lancement de vos auteurs préférés et ainsi leur montrer votre soutien. Vous passerez un moment mémorable et agréable, en plus de rendre un auteur comblé et plus léger.

 

Les sœurs éclectiques

 

Mon entrevue à l'émission télévisée "Vos Nouvelles du Sud-Ouest" avec Marie-Claude Pilon | Le 11 avril 2018

Le petit chaperon rouge
Par Nikky, du blogue Miss Bavarde et cie
Le 18 avril 2018

 

Mon Avis

J’ai approché cette lecture comme les deux faces d’une pièce de monnaie. D’un côté, j’étais excitée de lire du Sonia Alain que j’ai adoré dans d’autres œuvres.  De l’autre, j’appréhendais cette lecture car c’est de loin un genre que je ne maîtrise pas. Le résumé avait aussi contribué à renforcer cet état d’esprit par le peu de détails qui y est révélé.

 

Et bien, l’énigme ne laisse pas le temps de se poser trop de questions: on rentre vif dans le coeur du sujet. Rapidement j’ai trouvé mes repères et j’ai reconnu le style d’écriture propre à cette auteure. On est enveloppé dans un aura de magie qui nous accompagnera jusqu’à la dernière page.

 

À son 18è anniversaire, Angelicka apprend la vérité sur les circonstances qui entourent les morts violentes et suspectes de sa mère et de sa grand-mère.  Elle jure alors de retrouver les coupables et d’assouvir sa vengeance. On assiste alors à un jeu de chat et de la souris en perpétuelle action. On a l’impression qu’il y a toujours quelqu’un qui cherche quelqu’un et on se demande qui sera sera attrapé en bout de ligne. C’est une véritable course contre la montre.

 

La lecture est fluide et claire. Les détails de l’intrigue sont précis et nous reviennent vite en mémoire. Le langage et certains passages peuvent être explicites mais la couverture nous indiquent bien que c’est pour un public averti.

 

Pour une première incursion dans le monde de l’horreur, Sonia Alain a relevé le défi avec brio. Une autre ébauche de l’étendue de son talent.  Cela m’a définitivement donné le goût d’explorer Les Contes Interdits.

 

Ma note: 5/5

 

Miss Bavarde et cie

 

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve en 17e position dans le palmarès des meilleurs vendeurs de la semaine chez Renaud-Bray. | Le 19 avril 2018

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve en 17e position dans le palmarès des meilleurs vendeurs de la semaine chez Renaud-Bray. | Le 19 avril 2018

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve en 19e position dans le palmarès des meilleurs vendeurs de la semaine chez Archambault. | Le 19 avril 2018

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve en 19e position dans le palmarès des meilleurs vendeurs de la semaine chez Archambault. | Le 19 avril 2018

Le petit chaperon rouge
Par Annie Gravelle, du blogue Une lectrice compulsive
Le 20 avril 2018

 

Mon avis

 J’ai lu tous les livres de Sonia Alain et ce roman sort vraiment du lot. Il cadre parfaitement avec la série des comtes interdits. C’est le premier tome de cette série que je lis et j’ai été surprise du tournant que ce comte prend. J’ai dû m’arrêter au fil de ma lecture pour chasser les images lugubres.  Je le recommande à tous ceux et celles qui sont à la recherche d’émotions fortes et qui aiment les histoires d’horreur. Les scènes de vengeance sont très bien décrites et le lecteur n’a qu’à fermer les yeux pour laisser son imagination vaguer.

 

Une lectrice compulsive

 

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve en 8e position dans le palmarès Gaspard. | Du 23 au 29 avril 2018

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve en 8e position dans le palmarès Gaspard. | Du 23 au 29 avril 2018

Les contes interdits ; Le petit chaperon rouge
Par Rose, blogue Les Sœurs Eclectiques
Le 25 avril 2018

 

* Mon avis perso :

«Les loups existaient bel et bien dans le cœur des hommes, certains plus voraces que d’autres.»

 

Douce est la vengeance dans le cœur d’une âme vengeresse quand elle entend les cris d’agonie et de terreur de ses proies. Manipulation dans l’ombre, séduction, désir de justice, sang, beaucoup de sang! Mais quelle belle interprétation du chaperon rouge à la sauce gore! J’ai adoré!

 

L’écriture est fluide et aérée, nous livrant les émotions et les motivations de notre héroïne, tout en nous faisant ressentir sa haine profonde. Le rythme de l’histoire est rapide et bien dosé, nous amenant à vouloir tourner les pages une après l'autre sans arrêter pour découvrir toujours plus.

 

Le tableau se place pièce par pièce devant nous, proposant dans cette version certains éléments clés du conte original qui a bercé notre enfance. Je veux parler de la cape rouge, du panier, des bois, de mère-grand, du loup, du chaperon rouge. Nous incluant le chasseur personnifié par un policier dans cette version. Un élément qui m'a énormément plu dans cette adaptation est le côté surnaturel apporté par l’ascendance tsigane de mère-grand qui coule aussi dans les veines du petit chaperon rouge. Amenant une autre dimension au récit qui selon moi a bonifié l'histoire.

 

Le tout dans des décors très bien décrits, faisant naître devant les yeux du lecteur le tableau dans toute sa noirceur et son sadisme. Les personnages sont très crédibles et intrigants, réveillant notre compassion. D’autres au contraire sont abjects et détestables, créant en nous des désirs de meurtre...

 

Pour moi c'est une lecture gagnante! Laissez-vous tenter et plongez dans un nouveau volet de «Les contes interdits». N’hésitez pas à me partager votre avis si vous l’avez lu.

 

POUR UN PUBLIC AVERTI 18ANS+

 

* Ma note : 10/10

 

Les Sœurs Eclectiques

 

Les contes interdis : Le petit chaperon rouge
Par Lynda, du blogue Les mille et une pages de LM
Le 29 avril 2018

 

Meurtres, cauchemar, public averti

 

Le commentaire de Lynda :

Il était une fois...NON! Ce conte ne peut pas commencer comme cela et ne se terminera certainement pas non plus, par ''ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants''.

 

Voilà, premièrement, je vais reprendre mon souffle que j'ai perdu à peu près à la moitié de ma lecture !

 

Une vieille Tzigane, Malicia Stojka, grand-mère d'Angélika et qui vit avec celle-ci dans les bois, suite au décès de sa mère, la fille de Malicia.

 

Malicia, dotée de certains pouvoirs, et faisant des recherches pour savoir ce qui est vraiment arrivé à sa fille, et qui s'approche un peu trop du but, selon certains, est assassinée. Angelika, qui sera retrouvé plus tard dans les bois, presque morte, sera placé jusqu'à l'âge de 18 ans.

 

À sa sortie commencera alors LA chasse à l'homme.

 

Cette histoire m'a coupé le souffle à plusieurs reprises, l'horreur y est présente sous bien des formes, la vengeance nourrit le cœur d'Angélika. Un cerveau qui calcule tous ses gestes, toutes ses pensées.

 

J'en ai des frissons à suivre Angélika, à suivre le cheminement de sa vengeance.

 

Difficile de parler de ce livre sans livrer les points importants, cependant, je peux vous dire que le personnage d'Angelika est sublime, on sent presque son ombre derrière nous pendant la lecture, on peut très bien imaginer ce personnage, et ce, grâce au talent de Sonia Alain, qui nous a gâté avec ses descriptions. Description du personnage, certes, mais aussi descriptions des lieux et des meurtres assez imagés !

 

Et que dire de cette vision presque fantastique de cet énorme loup qui côtoie Angelika, qui est son ami. Les voix et les apparitions également, difficile de discerner ce qui est réel et ce qui ne l'est pas.

 

Un récit haut en couleur, étonnant, suffocant, accrochant surtout. Pas de temps mort dans l'histoire, c'est une poursuite, une grosse bouffée d'adrénaline, presque du début, jusqu'à la toute fin !

 

Je ne suis pas fan d'horreur, mais je suis fan de suspense. Sonia Alain a su m'offrir un excellent suspense incluant de l'horreur, attention par contre, plusieurs scènes de sexe, ce qui donne une lecture pour public averti seulement.

 

Merci Sonia Alain, pour les frissons que m'a procuré cette lecture ! Les personnes ayant causé du tort à ce Chaperon rouge ne veulent surtout pas croiser Angelika et son loup sur leurs chemins !

 

Les mille et une pages de LM

 

Les contes interdits, tome 7 : Le petit chaperon rouge
Par le blogue À la page de Suzie
Le 19 mai 2018

 

C'est lors de la dédicace pour ce conte que Sonia Alain m'a avertie que ce récit était assez loin de ce qu'elle écrit habituellement. Que celui-ci était glauque et sombre. Eh bien, je vous confirme que c'est effectivement le cas!

 

Angelika n'avait que neuf ans lorsque sa grand-mère fut assassinée par six hommes pervers et violents. Comme si cela ne suffisait pas, ils voulaient également s'en prendre à la jeune fille. Ils ont relâché des rottweilers dans la forêt en espérant la retrouver. Malicia étant tsigane, elle savait le triste sort qui l'attendait. Elle avait donc fait en sorte de protéger sa petite-fille en l'éloignant de leur demeure. Angelika fut retrouvée quelques jours plus tard. C'est son loup qui l'a protégé. N'ayant plus de famille, la jeune fille fut placée en centre d'accueil.

 

Ce n'est qu'à l'âge de 18 ans lorsqu'Angelika sortit du centre que l'avocat de Malicia l'a pris sous son aile afin de la protéger des meurtriers de sa grand-mère. Pendant trois longues années, Angelika s'est préparée afin de pouvoir venger non seulement sa grand-mère, mais également sa mère. Le plan est maintenant prêt.

 

Elle se fait appeler La Louve et a décidé de devenir escorte afin de pouvoir approcher plus facilement les six chasseurs. Ces six hommes pervers et pédophiles. Pour qui le trafic de jeunes filles leur rapporte beaucoup d'argent. Ils utilisent également ces jeunes filles pour combler tous leurs vices. Pour La Louve, le moment est parfait pour mettre son plan à exécution. Elle devra le faire rapidement et avec beaucoup de doigté pour les faire souffrir. Mais la vengeance lui apportera-t-elle la paix?

 

La lumière et l'ombre font partie d'un tout. Il est facile de franchir la limite qui les sépare l'une de l'autre. Celle-ci est si mince... Plusieurs l'ont compris trop tard.

 

Je suis à la base une grande fan des contes revisités. Les contes originaux ayant bercé mon enfance, je suis bien heureuse de pouvoir les relire en version pour adultes. Par contre, je suis une vraie froussarde et je dois dire que j'hésitais énormément à lire Les Contes Interdits. Je me suis donc lancée dans ce premier conte exclusivement en raison du fait que j'admire le talent et la plume de l'auteure.

 

Le petit chaperon rouge est très loin des romances que Sonia Alain a l'habitude de nous offrir. Après avoir lu le premier quart de ce récit, je me suis dit que finalement il n'était pas si glauque que cela... je n'avais pas encore lu la suite!

 

Ce n'est pas un conte à lire à vos enfants avant de s'endormir. Effectivement, il y a certaines scènes qui sont assez violentes, mais pour ma part, c'est surtout les scènes d'agressions sexuelles qui m'ont coupé le souffle. Et même si parfois ces scènes ne sont que des pensées perverses de ces chers chasseurs, il n'en reste pas moins qu'elles sont violentes et dégradantes. J'ai réellement ressenti des frissons de frayeur. Sincèrement, je n'aurais jamais pu imaginer que l'auteure avait une telle créativité. Elle m'a surprise! Je n'ai rien contre les scènes d'érotisme ou de BDSM dans un récit, mais là, nous sommes complètement ailleurs. Cela rejoint à la perfection le côté glauque et sombre des contes interdits.

 

En ce qui concerne l'intrigue, je suis agréablement surprise. J'ai particulièrement aimé le petit côté tsigane qui amène une aura de mystère autour de notre protagoniste, mais également autour d'Olivier, ce policier qui cherche à mettre la main sur le réseau de pédophiles. D'ailleurs, ce personnage m'a beaucoup plu. Il n'est pas tout blanc, ni tout noir. Également, il y a le personnage secondaire de la jeune fille gothique qui ajoute du mystère. Elle apparaît et disparaît assez soudainement, et tout cela, pour venir en aide à Angelika et Olivier.

 

Au final, j'ai ressenti quelques frissons de frayeur parfois même de dégoût, mais tel n'est pas le but de ce type de conte? Donc mission accomplie pour l'auteure! Maintenant, la question est : vais-je oser lire un autre conte interdit?

 

Ma note : 4/5

 

À la page de Suzie

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Stephanie, du blogue Beltane lit en secret
Le 31 mai 2018

 

Mon Avis:

 

Un nouveau roman de Sonia Alain. Quelle joie pour moi ! L’histoire revisitée du Petit Chaperon Rouge, dans un style « interdit. » Je ne suis pas adepte de ce genre de lecture, je n’aime pas la violence « crue » dans les romans. Pourtant Sonia a réussi une très belle histoire sur le thème de la violence.

 

Une jeune femme, Angélika, sera portée par sa soif de vengeance pour éradiquer des prédateurs sexuels qui sont à l’origine de la mort de sa mère et de sa grand-mère. Avec malice et intelligence, elle arrivera au bout de son dessein. Des meurtres parfaitement réalisés reprenant les thèmes du vrai petit chaperon rouge. Une histoire prenante, très bien menée avec un bon rythme. On ne s’ennuie pas une seule seconde.

 

Sonia y distille une dose de surnaturel qui donne une aura de mystère dans cette histoire. Une nouvelle fois, elle prouve qu’elle sait manier à la perfection l’écriture en mêlant histoire policière, surnaturel, horreur et de l’érotique « dur ». L’auteure arrive à donner un ton juste, une histoire qui malgré l’horreur de certaines scènes qui sont dans le thème « interdit » est une excellente revisite de ce conte d’enfants !

 

« Dans ce roman, j’explore les tabous sexuels, la manipulation. La séductrice (chaperon) se sert de sa sexualité pour parvenir à ses fins », de décrire Sonia Alain.

 

Lire la suite sur VIVA média : Sonia Alain revisite Le Petit Chaperon rouge 

 

« Tant de cruauté sillonne ce monde… Un jour ou l’autre, il te faudra t’endurcir, si tu ne souhaites pas être dévorée par les loups féroces qui rôdent dans la nuit. »

 

Beltane lit en secret

 

Chronique de mon dernier roman "Le Petit Chaperon rouge" parue dans le journal L'Info-Lien (juin 2018) de Fredericton au Nouveau-Brunswick | http://www.centre-sainte-anne.nb.ca/uploads/file/Info-lien/2018/2018-06_Info-Lien_Juin18_Web.pdf (p.19)

Chronique de mon dernier roman "Le Petit Chaperon rouge" parue dans le journal L'Info-Lien (juin 2018) de Fredericton au Nouveau-Brunswick | http://www.centre-sainte-anne.nb.ca/uploads/file/Info-lien/2018/2018-06_Info-Lien_Juin18_Web.pdf (p.19)

Le Petit Chaperon rouge
Par Jessica, du blogue Bibliothèque pour les filles
Le 4 juillet 2018

 

Aujourd'hui je viens vous parlez des nouveaux livres de la série Les contes interdits. J'ai eu la chance de lire Le petit chaperon rouge de Sonia Alain.

 

Dans ce livre, l'auteure reprend, évidemment, le conte du même titre, mais à sa manière et sans la fin heureuse. Quoique... Ce conte raconte l'histoire d'une enfant, qui, après avoir perdue toute sa famille par la faute d'hommes cruels, décide de se venger. On y retrouve le chaperon rouge et sa cape, une grand-mère qui vit dans le bois, ainsi qu'un loup. Pour le reste, disons que c'est beaucoup plus violent.

 

Ce que j'aime de ce livre c'est que la petite fille aux allumettes est beaucoup plus présente et on en apprend plus sur elle. L'histoire est encore sombre, les femmes sont maltraités, mais le petit chaperon rouge est un personnage féminin fort et qui lutte pour sa survie et son but.

 

Alors si vous avez aimé les autres livres des contes interdits vous devriez aimer celui-ci. Laissez-vous tenter par Le petit chaperon rouge et enfoncez-vous dans les recoins les plus sombres de ce roman rouge comme le sang.

 

Page Facebook de la Bibliothèque pour filles

 

Les contes interdits – Le petit chaperon rouge
Par le blogue Le monde enchanté de mes lectures
Le 15 juillet 2018

 

L’avis de Marlène

 

Depuis que j’ai découvert la plume de Sonia Alain, je ne me lasse pas de lire ses romans. Avec ce contre revisité, elle nous offre une histoire qui fait froid dans le dos entre vengeance et folklore Tsigane, vous ne verrez plus jamais les bois de la même façon.

 

Avec ce récit, Sonia Alain effectue un virage à 180° et elle nous démontre qu’elle sait s’adapter à plusieurs genres littéraires. Ce thriller sanguinaire ne manquera pas de vous faire frissonner d’effroi. L’autrice garde des éléments pertinents du conte Le petit chaperon rouge en l’adaptant à sa sauce contemporaine en gardant tout de même une part de fantastique qui rend l’ensemble abstrait et envoûtant.

 

Vous allez vivre un moment vraiment saisissant. Je dois dire que je ne savais pas vraiment à quelle sauce j’allais être mangée et j’ai trouvé cette histoire diablement bien ficelée. J’attire votre attention sur le fait que le récit se destine à un public adulte et averti et que certaines scènes pourraient heurter la sensibilité de certains lecteurs. L’ensemble est sombre et l’intrigue motivée par la vengeance est teinté de violence et d’érotisme dans un contexte très particulier.

 

A travers les âges, vous allez suivre la destinée d’Angelika, cette enfant trouvée dans les bois qui a voué sa vie à l’exécution de sa vengeance. Cette séductrice assoiffée de sang ira jusqu’au bout… Etes-vous prêts ?

 

J’ai adoré cette aventure terrifiante et sanglante. Sonia Alain a vraiment réussi à donner un second souffle à ce conte célèbre. Elle a su y apporter sa propre patte. Le scénario est vraiment bien ficelé, il s’étend sur plusieurs années, petit à petit les pièces du puzzle se mettent en place pour nous dévoiler une histoire captivante. Je lis rarement des histoires comme celles-ci et ce fut une véritable découverte. Tout d’abord, par rapport au concept, reprendre un conte et en faire un thriller érotique absolument terrifiant, je dois dire que je suis vraiment admirative de l’imagination de Sonia Alain.

 

L’ambiance est particulièrement sombre, la peur et le danger rôdent. Les protagonistes se mettent en branle et le lecteur n’en est que plus dérouté. Ce roman a été une sacrée surprise car impossible de deviner quoi que ce soit. Les personnages sont vraiment intrigants, surtout Angelika qui s’avère être une jeune femme très complexe qui a un lien particulier avec les esprits et le loup qui rôde dans la forêt. J’ai aussi aimé l’histoire familiale captivante que l’on découvre au fil des pages. Plus j’avançais dans le livre et plus j’étais sans voix, je me suis sans cesse répété que l’autrice allait au bout de ses sombres desseins et j’ai adoré les émotions que j’ai ressenti. De la peur à l’angoisse en passant par la satisfaction et l’étonnement.

 

Sonia Alain ne c’est pas censurée avec ce récit, elle va loin et nous livre un thriller sous haute tension avec ce format assez court des contes originels. Elle a respectée les grandes lignes du Petit chaperon rouge en transformant totalement les tenants et les aboutissants de l’histoire, c’était machiavélique !

 

En bref, frissons garantis avec ce conte revisité. Vous ne verrez plus jamais Le petit chaperon rouge de la même manière et cela m’étonnerait que vous ayez envie de vous balader dans la forêt la nuit ^^ Un moment de lecture diablement bon et qui m’a totalement changé de mes habitudes littéraires. Si vous n’avez pas froid aux yeux, alors foncez !

 

Le monde enchanté de mes lectures

 

Le Petit Chaperon rouge
Par le blogue Au boulevard du livre
Le 18 juillet 2018

 

Mon avis

Dès le départ, nous sommes plongés au cœur d'une forêt, dans une petite maison. La femme qui y vit, Malicia, vient d'une famille Tsigane qui a certains pouvoirs dont celui de communiquer avec des gens de l'au-delà. Cette chaumière vous fera inévitablement penser à celle qui se retrouve dans le conte original: perdue au milieu des arbres. Malheureusement, Angélika, petite-fille de Malica, se retrouve bientôt seule à errer en famille d'accueil jusqu'à sa majorité où elle apprend la vérité sur la mort de sa mère et de sa grand-mère.

 

Comme cela est bien inscrit sur le livre, c'est un récit pour public averti. Il faut donc s'attendre à ce que les meurtres soient bien décrits, tout autant que les actes sexuels avec et sans consentements. Les scènes sont osées alors qu'Angélika ne se contente pas seulement de tuer les hommes un à un: tout un scénario de tortures se retrouve derrière chaque meurtre. L'horreur y est bien présente, mais, en ayant en tête les sentiments, le passé et la rancune d'Angélika, elle s'atténue un peu. Crimes inhumains pour une vengeance plus que personnelle. Ses gestes sont calculés à la perfection et à la précision. D'un homicide à l'autre, la noirceur envahit peu à peu son âme.

 

Sonia Alain a le merveilleux don de nous transmettre les émotions des personnages à un point tel qu'ils nous bouleversent. Ça nous prend aux tripes et on a qu'une envie: tourner les pages, encore et encore. Le seul petit détail sur lequel j'ai accroché est la grande naïveté du grand méchant: Arnaud St-Cyr, surtout dans les dernières pages. Cependant, les éléments du conte sont bien présents: la maison située en plein centre d'une forêt, la cape rouge, le panier et le loup. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié la présence de ce dernier. Si imposant et si fidèle, il est aux côtés de la belle jusqu'à la fin. Certes, leur relation est différente de celle évoqué dans le conte initial, mais cela apporte un peu de renouveau, de fraîcheur. Leur complicité ajoute un petit plus au récit. J'ai aussi adoré l'intervention d'un autre personnage de conte pour la guider et l'aider au cours de sa quête. Cette jeune fille (qui est, semblerait-il, présente d'un tome à l'autre de cette série) amène une aura de mystère supplémentaire. Ce que ces deux jeunes femmes ont en commun? Une terrible histoire, un passé éprouvant. Après cette lecture vous ne les verrez plus de la même façon.

 

Note : 4/5

 

De la même auteure:

D'amour et de haine - T1: X

Les gardiens des portes - T1: X

 

Au boulevard du livre

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Lecture Évasion
Le 5 août 2018

 

Sonia Alain est une auteure québécoise surtout connue pour ses histoires de romances. Bon, ce n’est pas mon genre de lectures et donc sans ce conte interdit du Petit Chaperon rouge, je n’aurais certes jamais rencontré la plume de cette auteure !

 

Ici, elle nous raconte sa version adulte du conte de façon bien imagé. Et les images, croyez-moi, elles sont fortes en tête tout au long de cette lecture ! Parfois érotiques, souvent mortelles, les scènes se succèdent à un bon rythme et ne donnent que très peu de pause au lecteur qui essaie de ne pas ressentir trop de sensations dans le bas-ventre, sachant d’avance que la phrase suivante peut faire tout basculer dans la cruauté et l’horreur. Car le thème principal est la vengeance… et croyez-moi si je vous dit que ce thème y est mené jusqu’au bout !

 

À la fois très proche et assez loin du conte original, Sonia Alain nous démontre tout un talent d’écriture avec ce récit. Son style littéraire est très fluide et agréable à l’oeil. Les mots sont simples et faciles à lire certes, mais de la façon dont elle nous les transmet, force est de constater qu’il faut avoir le coeur bien accroché. C’est glauque, c’est sombre, c’est morbide. Ça fait le travail !

 

J’aime ce que l’auteure nous apporte avec ce roman. Les personnages sont forts et leurs émotions bien ressentis tout au long du texte. C’est parfois effrayant, c’est parfois morbide, c’est parfois sexuel et c’est parfois mystérieux. Mais dans chacun de ces contextes, on comprend où l’auteure veut nous amener. Ça nous prend aux tripes, ça nous déchire le coeur et malgré tout, il nous est impossible de ne pas vouloir continuer cette lecture jusqu’à la toute fin.

 

Ces contes interdits ne sont pas faciles à lire et celui-ci ne fait pas exception. Mais si vous recherchez des sensations de toutes sortes dans une lecture et si vous avez le coeur bien accroché, je ne peux que vous conseiller fortement ce petit roman. Mais attention, car dans ce conte du Petit Chaperon rouge, ce n’est pas nécessairement du loup dont il faut se méfier !

 

Lecture Évasion

 

Les Contes Interdits, Tome 7
Par le blogue Le Chat du Cheshire
Le 26 octobre 2018

 

Il y a une grand-mère, une vieille Tsigane qui, en entrant en communication avec l'esprit de sa fille, va mettre en branle des événements marquants. Il y a sa petite-fille, que l'on va retrouver errante seule dans les bois. Et il y a un loup, un animal surprenant... Tout les ingrédients sont réunis pour réinterpréter l'histoire du Chaperon rouge ! Dans cette version, attention à ce que vous allez lire.

 

Angelika n'a que neuf ans lorsque sa grand-mère est assassinée. Retrouvée dans les bois, elle est placée en famille d'accueil et protégée par l'avocat de sa grand-mère, dans l'espoir qu'elle soit à l'abri de ceux qui se sont acharnés sur sa famille. A 18 ans, la jeune femme sort du circuit d'accueil, et commence à planifier sa vengeance. Pour venger sa grand-mère. Pour venger sa mère. Et pour toutes les innocentes qui sont tombées entre les mains de ces hommes pervers, des pédophiles, des meurtriers. Et pour cela, elle est prête à tout. Connue sous son nom de code, La Louve a mis au point un plan sans faille.

J'aime beaucoup lire des contes, comme ceux des frères Grimm par exemple. Alors quand je suis tombée sur la série Les Contes Interdits, j'avoue avoir lorgné un moment dessus : j'étais curieuse de voir comment les contes de notre enfance pouvaient être revisités, j'avais peur que ce soit trop hard... Je me suis finalement lancée dans l'histoire du Petit Chaperon Rouge.

 

Et je préfère prévenir les âmes sensibles que c'est effectivement assez hard, notamment au niveau des scènes d'agressions sexuelles, qui peuvent être très éprouvantes... Ce n'est pas de l'érotisme ou du BDSM, ça va beaucoup plus loin : c'est glauque, sombre, dur. Si vous ne vous sentez pas dans ces thèmes, ne vous lancez pas ! Il y a des scènes qui m'ont vraiment mise mal à l'aise, qui m'ont parfois choquée aussi. (Ou alors, c'est que je suis vraiment une grosse sensible !)

 

Pour ce qui est de l'intrigue en elle-même, elle flirte entre le fantastique et la policier. Le côté fantastique est assuré notamment par le côté Tsigane de la grand-mère, par la présence d'esprit et de fantôme. Il y a également une intrigue policière avec la présence d'Olivier, un policier cherchant à démanteler un réseau de pédophile, et qui va souvent croiser la route de La Louve.

 

Pour ce qui est de la revisite du conte, je dois dire que j'ai apprécié comment Sonia Alain a construit son roman : on y retrouve les éléments essentiels du Chaperon Rouge, avec une patte personnelle, moderne et violente. Mais qui a dit que les contes de fées étaient roses ? Souvent, quand on creuse bien, ce sont des histoires souvent sombres... Cette version va encore plus loin !

 

Maintenant que j'ai commencé à me plonger dans l'univers des Contes Interdits, je vais commencer à fouiller pour savoir lequel lire ensuite.

 

Le Chat de Cheshire

 

Les contes interdits- Le petit chaperon rouge
Par le blogue Les trouvailles d’une lectrice
Le 5 novembre 2018

 

J'ai vraiment adoré cette réécriture sombre et gore du chaperon rouge. Sonia Alain a créé assez de moment qui fait froid dans le dos et de moment plus doux, plus touchant, pour nous faire vivre des sensations fortes.

 

Angelika n'a qu'une idée en tête depuis trois ans, détruire et assassiner les meurtriers de sa mère et de sa grand-mère.

De son côté, le sergent Olivier découvre à son désespoir des morts les plus sordides et tente d'attraper ce tueur ainsi qu'une bande de malfaiteurs sans cœur. C'est une course contre la mort qui commence.

 

Le dicton : la vengeance est un plat qui se mange froid, prend tout son sens à travers ce récit. Nous vivons de vengeance, tout comme la jeune femme, durant notre lecture et c'est impossible de lâcher notre livre sans savoir le mot final.

L'auteure nous offre un personnage féminin badass sans toutefois tombé dans le cliché de la fameuse assassineuse mystérieuse et c'est génial, puisque rien n'est prévisible.

Et la relation du loup et d'Angelika est pure et beaucoup plus saine que dans le conte original. Ils sont alliés désormais, plus ennemis.

 

Pour l'instant, il se range à mon top des réécritures favorites.

Je vous conseille chaudement ce roman, accompagné des lumières fermées et avec seul les sons des branches à l'extérieur.

 

Un thriller intense et dégoûtant par moments, avec une femme avide de se venger et se battre.

J'ai complètement adoré !

 

Note : 4.5/5

 

Les trouvailles d’une lectrice

 

Mon top 5 de 2018
Par Any GB
Le 31 décembre 2018

 

Le petit chaperon rouge de Sonia Alain

Le premier conte interdit que j’ai lu et j’ai eu des frissons. J’étais préparée après avoir lu Annabelle et Max de la même auteure, mais elle a réussi à aller encore plus loin avec ce livre. C’est à cause de cette audace que j’ai décidé de le mettre dans mon top 5.

 

Ma chronique

 

Any GB

 

 

Une belle critique de mon roman "Le Petit Chaperon rouge" | de MAPS - Booktube | Le 16 janvier 2019

Le petit chaperon rouge de Sonia Alain
Par le blogue « Dans la tête des lecteurs »
Le 26 janvier 2019

 

Critique :

Sonia Alain n'est pas la première à se réapproprier le conte du Petit chaperon rouge. Un défi qu'elle relève avec brio. Se basant sur les contes de Perrault et des frères Grimm, elle en reprend plusieurs éléments qu'elle modernise pour offrir une version réservée aux adultes.

 

Dans celle-ci, Angelika, le chaperon rouge, n'est pas uniquement une victime. Elle ne se contente pas de subir les sévices et de tenter d'y échapper, contrairement aux personnages principaux de plusieurs contes interdits. En effet, si elle l'est au départ, elle passe ensuite en mode attaque, conformément à au moins une traduction du conte original des Grimm. Les loups sont bien entendus présent dans l'histoire même ils apparaissent sous deux formes : le comportement humain et l'animal. Quel forme dévore la grand-mère ? Au sens propre ou au figuré ? À vous de le découvrir. Plusieurs autres éléments sont également présents, mais il vaut mieux ne pas trop en dire pour ne pas gâcher le plaisir.

 

Avec ce conte, on entre dans le côté sombre de l'homme et les horreurs de la vengeance. Comme avec la plupart des contes interdits, il est possible que vous ayez des maux de coeur à la lecture de certains passages. Amateurs de la série, vous en apprendrez davantage sur la mystérieuse Petite fille aux allumettes.

 

Dans la tête des lecteurs

 

Le petit chaperon rouge
Par le blogue Readeuse
Le 18 mars 2019

 

Mon avis

Me voilà à mon quatrième conte et plus je découvre ces contes interdits, plus je suis fasciné par ce projet. J’ai maintenant bien l’intention de tous les découvrir, en espérant réussir à me procurer ceux qui me manquent.

 

Angelika qui vivait avec sa grand-mère se réveille à l’hôpital ne se rappelant plus ce qui s’est vraiment passé. Puisque sa grand-mère est morte, elle se ramasse à vivre dans une famille d’accueil puis dans un centre de réadaptation. Lors de ses 18 ans, elle est enfin libre et se demande comment elle va vivre sa vie quand un avocat débarque devant elle pour lui donner une lettre de sa grand-mère. La voilà maintenant déterminée à venger sa famille. 

 

Entre le groupe d’hommes qui a des pratiques barbares, un charmant policier qui tente d’arrêter ce cartel et la jolie Louve qui est prête à tous pour obtenir sa vengeance, je peux vous dire qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer. J’ai bien aimé ce roman où plane un suspense et une intrigue qui nous rend addictifs au livre. J’ai bien aimé Angelika, puisque j’aime bien lire des romans où la femme est forte et ne se laisse pas avoir où elle est prête à tous pour obtenir ce qu’elle veut. C’est le cas ici avec Angelika. J’ai aussi bien aimé le policier avec son petit côté mauvais policier. Puis il y avait le côté surnaturel qui évidemment a su me charmer.

 

Finalement, comme avec les autres j’aime bien le concept et les liens qu’il y a avec le conte. Je trouve que ces petits romans sont parfaits pour découvrir un autre genre littéraire et même finir par tomber sous le charme. Encore une fois, un excellent roman signé Sonia Alain.

 

Note : 8,5/10

 

Readeuse

 

Le petit chaperon rouge
Par le blogue Petite Bulle
Le 24 avril 2019

 

Mon avis

C’est dans le cadre d’une lecture commune sur Québec Livresque que j’ai lu Le petit chaperon rouge de Sonia Alain. Mon premier conte interdit! Je n’ai aucun mal à croire tout le succès de ce roman. Vengeance, sexe, violence, assassinats, complots, bref une vendetta est à l’honneur ici.

 

Les premières pages du roman servent à instaurer un événement tragique dans la jeunesse du personnage principal. Angelika vit avec sa grand-mère Malicia, une vieille tsigane qui pratique la magie et communique avec les esprits. Un soir, cette dernière envoi Angelika et son loup chercher des champignons très loin dans la forêt pour l’éloigner d’un grand malheur. Par la suite et cruellement, un groupe d’homme débarque pour venir assassiner la grand-mère. Une fois leur méfait accompli, ils tenteront de retrouver la petite fille mais en vain.

 

Les années passent et quand Angelika atteint la majorité, des faits lui seront dévoilés sur ce fameux soir et sur les six hommes qui lui ont arraché sa grand-mère. Angelika se promet de devenir l’ange de la mort… Parallèlement, un policier enquête sur un réseau de pédophiles et il tient mordicus à les épingler. Cela fait trop longtemps que ce réseau sans moralité sème chao et douleur. Toutefois, le policier ne se doute pas que lui et La louve joueront, bientôt, sur les même plates-bandes...

 

Ma perception d’Angelika et de son parcours pour arriver à ses fins me faisait tanguer entre « laisse ça au policier, tu vas te faire coinçer! » et « massacre-les tous! » C'était hypnotisant de la voir aller. J’avais autant peur pour elle que je l’encourageais! Un vrai cas de conscience, car, il m'était très facile d'imaginer cette vengeance avec les conséquences de la vie réelle... et ce policier qui n'investigue pas loin d'elle...  Outre les complots sexuels et sa soif de vengeance, les éléments de base du récit sont assez près du conte initiale. Une cabane dans les bois, un loup qui rôde, la cape rouge… Intéressant de voir que ça sert le roman de manière... horrible!

Le rythme est excellent et le livre se lit très rapidement puisque qu’il comporte un peu plus de 200 pages. L'intrigue est bien tissée et les chapitres font bien évoluer le roman afin de n'avoir aucun temps mort. Ce qui m'amène à dire que, oui, c'est un petit livre mais de qualité!

 

Pour un premier conte interdit, je m'en suis plutôt bien sorti et j'ai adoré!

 

Ma note : 8,5/10

 

Petite Bulle

 

Le Petit chaperon rouge
par le blogue Mes voyages littéraires
Le 24 avril 2019

 

HORREUR, VIOLENCES, VENGEANCE, CRIMES ORGANISÉS, PROSTITUTION

 

Mon commentaire :

UN LIVRE DIFFICILE À OUBLIER! Que voilà le petit chaperon rouge revisité avec quantité d’interdits glauques, sanglants, étouffants!!! Dans ce roman, les chasseurs sont chassés, les abuseurs sont ENFIN abusés. Oh douce vengeance aux odeurs de cuir et de sang en plein cœur de forêt alors que le loup hurle à la lune! Le roman se déroule dans le Québec d’aujourd’hui. Orpheline, Angélika va de familles d’accueil en centres jeunesse jusqu’à l’âge de 18 ans où un avocat lui remet une lettre de sa grand-mère qui l’avait élevée en bas âge. Dans cette missive, la Tzigane, sa grand-mère, ouvre les yeux de la petite sur la cruauté de ces hommes qui ont tué sa mère et qui vont ultimement la tuer pour avoir découvert leurs nombreux secrets trop inavouables. Des vicieux, c’est le moins que l’on puisse dire! La jeune disparaît pendant un certain temps pour revenir sous une autre identité, en escorte que l’on surnomme « La Louve », séductrice qui n’a pas froid aux yeux et qui attire aisément les canailles dans ses filets. Tous veulent la torturer de façon bien explicite, mais elle en ressort toujours la grande gagnante. Lors d’une fin de semaine dans une auberge en plein cœur des Laurentides, elle retrouve son loup (un vrai loup et non un criminel à cravates!) qu’elle avait sauvé alors que louveteau du temps où elle vivait chez sa grand-mère et celui-ci, avec sa meute, vont l’appuyer et dévorer au passage quelques brutes. Alors qui est la bête? L’homme est souvent pire que l’animal! Et en littérature, la vengeance peut être acceptable…

 

Le livre est bien écrit, le rythme soutenu. L’auteure avoue avoir écrit le roman en deux mois, mais elle a réussi à accomplir un travail colossal, bien ficelé! Dans certaines scènes macabres, je me croyais dans du Senécal. La collection « Les Contes Interdits » est pour public averti il va sans dire! En plus, la couverture l’indique! J’étais curieuse de lire cette série puisque l'on en parlait déjà l’an dernier et avec la polémique de cette année autour de Hansel et Gretel, plusieurs seront curieux de lire certains titres. Mon choix s’est porté sur ce roman en particulier, car j’appréciais déjà Sonia Alain. Ce n’est pas mon genre de lecture habituelle, mais sortir de ses habitudes aère l’esprit. J’avoue que je n’étais pas prête à lire un autre titre de la série après avoir lu la dernière page… Ouf! J’ai lu trois autres romans de la collection et je vous en parlerai dans de prochaines chroniques.

 

Page Facebook Mes voyages littéraires

 

Le Petit Chaperon rouge
Par le blogue Psycho-Boook
Le 23 juin 2019

 

Mon avis :

De la même manière que les autres livres des Contes Interdits, j’ai connu ce roman sur Amazone. Mais pour celui-ci, c’est sa couverture qui m’a le plus attiré… Une jeune femme laissant juste paraître ses lèvres nappés d’un rouge et recouverte d’un chaperon de la même couleur écarlate, cela attire l’oeil !

 

Malicia est une vieille Tsigane condamné à une fin tragique pour avoir découvert une terrible vérité. Sa petite fille, Angélika, est retrouvé à moitié morte et amnésique. Ses 18 ans arrivé, cette dernière va se transformé en une effroyable séductrice vengeresse.

 

Je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant ce roman, cependant, il s’agit ici, d’une très agréable surprise. Toujours navigant entre l’érotisme et le sanguinolent, l’auteur nous montre à quel point la séduction peut-être un jeu dangereux.

 

Les pages se tournent à un rythme inimaginable, et je n’arrivais pas à me décrocher de ma lecture. Très vite, nous nous attachons à Angélika, cette sublime jeune femme qui nous fait frémir de désir, de plaisir et surtout nous fais petit à petit blêmir… Elle nous fait passer du charme à l’horreur avec un aplomb impressionnant.

 

Sonia Alain à su adapter ce conte avec brio. Chaque émotions, chaque sensations nous est envoyé au plus profond de nous même : autant l’envie que le dégoût. Le souffle court, nous en perdons haleine. Un petit changement est cependant apporté : la place du loup. L’animal n’est pas le plus cruel, bien au contraire, il a un lien indescriptible avec notre héroïne. Une question se pose alors : qui est vraiment le grand méchant loup dans l’histoire? La bête protectrice et fidèle? La jeune vengeresse à l’âme noircie? Ou ces hommes avides de cruauté, toujours plus atroce, toujours plus dominant, toujours plus cruel et plus sadique?

 

Voici donc une réécriture qui nous rappelle que le mal est partout, et surtout, que les prédateurs ne sont pas ceux que l’on croit…

 

Psycho-Boook

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Micheline Poulin
Le 24 juillet 2019

 

UN LIVRE DIFFICILE À OUBLIER! Que voilà le petit chaperon rouge revisité avec quantité d’interdits glauques, sanglants, étouffants!!! Dans ce roman, les chasseurs sont chassés, les abuseurs sont ENFIN abusés. Oh douce vengeance aux odeurs de cuir et de sang en plein cœur de forêt alors que le loup hurle à la lune! Le roman se déroule dans le Québec d’aujourd’hui. Orpheline, Angélika va de familles d’accueil en centres jeunesse jusqu’à l’âge de 18 ans où un avocat lui remet une lettre de sa grand-mère qui l’avait élevée en bas âge. Cette missive ouvre les yeux de la petite sur la cruauté des hommes. La jeune disparaît pour revenir sous une autre identité, une séductrice qui n’a pas froid aux yeux et qui attire les canailles. Tous veulent la torturer de façon bien explicite. Lors d’une fin de semaine dans une auberge des Laurentides, un bain de sang...

 

L’auteure avoue avoir écrit le roman en deux mois et elle a réussi à accomplir un travail colossal. Dans certains passages macabres, je me croyais dans du Senécal. La collection « Les Contes Interdits » est pour public averti. Sortir de sa zone de confort et de ses habitudes aère l'esprit. NB peureux et puritains s'abstenir!⭐⭐⭐⭐

 

Page Instagram de Micheline Poulin

 

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve dans la sélection de Renaud-Bray dans la section "Imaginaire" pour l'événement du "12 août, j'achète un livre québécois".

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve dans la sélection de Renaud-Bray dans la section "Imaginaire" pour l'événement du "12 août, j'achète un livre québécois".

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouvent dans les recommandations du blogue "Au boulevard du livre" dans ses suggestions de livres pour l'événement "Le 12 août, j'achète un livre québécois".

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouvent dans les recommandations du blogue "Au boulevard du livre" dans ses suggestions de livres pour l'événement "Le 12 août, j'achète un livre québécois".

Chronique sur Le petit chaperon rouge
Par Sara, blogue The Reading Passion
Le 24 octobre 2019

 

Mon Avis

Avant tout, il faut que vous sachiez que « le petit chaperon » rouge est un achat dont j’ai fait l’acquisition l’année passée au Salon du livre de Montréal.

 

Est-ce que je regrette de l’avoir acheté ? Non, mais tellement pas ! Pourquoi ? Et bien… d’une part, parce que c’est un roman horrifique qui fait partie de la collection littéraire des contes interdits et d’autre part, car l’histoire est écrite par Sonia Alain. Une auteure québécoise que j’aime beaucoup et admire depuis mes seize ans environ. Deux points qui ont rapidement attiré mon regard, que voulez-vous ?! Rire.

 

UN DICTON TRÈS REPRÉSENTATIF…

 

Vous connaissez l’expression « la vengeance est un plat qui se mange froid » ? En toute franchise, si vous voulez mon opinion, je trouve que cette phrase prend tout son sens dans « le petit chaperon rouge ». À travers ses mots, Sonia Alain nous montre en quoi la vengeance peut dominer la vie d’une personne. Sans compter qu’il est difficile de mettre de côté le roman, même pour un court instant.

 

UNE VERSION REVISITÉE DU CONTE…

 

Que dire de cette nouvelle forme ?! En effet, l’auteure a su me donner la chair de poule plus d’une fois. C’est gore et sombre jusqu’à la toute dernière page. En plus, d’avoir plusieurs frousses ici et là, Sonia Alain nous apporte également quelques sensations fortes. Parsemé de moments tout aussi touchant qu’épeurant, il y en a pour tous les goûts.

 

Dans « le chaperon rouge », on fait la connaissance d’Angelika, une jeune femme qui a vécu un horrible traumatisme il y a trois ans. S’étant juré de retrouver les hommes qui ont massacrés sa mère et sa grand-mère, elle compte évidemment honorer sa promesse. Quant à Olivier, un sergent de police qui essaie de capturer un tueur sadique qui ne cesse de laisser des corps, à connotation sexuel, sur son passage. Et quelques groupes composés d’homme dont le cœur et l’âme n’existe plus depuis très longtemps. Angelika et Olivier parviendront-ils à atteindre leur objectif ? C’est à ce moment qu’une course contre la mort débute…

 

Concernant la plume d’écriture de l’écrivaine, elle est coulante et addictive. On se laisse facilement immergé par l’atmosphère glauque et les mauvaises actions du récit. Sonia Alain est parvenue à capter mon attention durant tout le long de ma lecture. D’autant plus que les scènes sont détaillées et passent rapidement. Soutenu, le rythme ne nous permet pas de reprendre notre souffle. Ainsi, par le biais de la calligraphie de l’écrivaine, on ressent fortement les émotions d’Angelika.

 

Au niveau des lieux, ceux-ci sont bien décrits et regorgent de détails qui permettent à l’imagination de les visionner.

 

DES PROTAGONISTES CHANGEANTS…

 

« Le petit chaperon rouge » nous offre une multitude de personnages tel qu’Angelika. C’est une femme remplie de caractère qui ne se laisse pas démonter par les autres. Séductrice, elle ne tombe pas non plus dans le cliché de la veuve noire. Et le loup. Il est adorable, sa relation amicale avec la jeune femme est superbe. Désormais alliés, ils ne font plus qu’un.

 

Un dernier mot ?

 

Finalement, « le chaperon rouge » est une œuvre littéraire que je relirai éventuellement. Des interlocuteurs fascinants qui peuvent inspirer l’empathie et d’autres, qui me donnent des envies de meurtre. Sonia Alain est une de mes auteures favorites et dont je ne pourrai me lasser de lire. Je vous conseille fortement « le petit chaperon rouge », j’espère qu’il vous plaira. Laissez-vous tenter par cette histoire d’horreur selon laquelle les prédateurs deviennent les proies et les pâtures se transforment en rapace.

 

Note : 9/10

 

The Reading Passion

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Plume de laine
Le 30 octobre 2019

 

Je me suis plongée dans les yeux jaune doré de ce loup afin de suivre l'histoire de ce petit Chaperon rouge. Il m'a emmené à travers des comtés étrange et obscure, nappé d'une brume vengeresse.

 

Le petit chaperon rouge m'a pris la main et m'a entraîné dans sa traque, dans ses desseins obscure et atroce. Je me suis laissé faire, observant tout cela effarement.

 

Les frissons de peur n'ont pas parcouru mes bras, cependant, la traque qui régit ce livre nous donne l'adrénaline et laisse notre imagination vagabonder. Nous sommes le loup qui traque la proie ou nous sommes la proie traquée par le loup et dans les deux cas, l'adrénaline n'est alors pas la même.

 

De la chair à se repaître, l'odeur du sang dans les narines et ce goût de vengeance, un bon mélange pour une histoire lugubre. Un de mes favoris, ce petit Chaperon rouge m'a estomaqué.

 

Et la brume enveloppant cette nuit de pleine lune, un hurlement se fit alors entendre. Le loup alpha vient de sonner le glas de fin.

 

Page Instagram de Plume de laine

 

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve dans le catalogue Hiver 2020 de Québec Loisirs.

"Le Petit Chaperon rouge" se retrouve dans le catalogue Hiver 2020 de Québec Loisirs.

Avis Thriller : Le petit chaperon rouge de Sonia ALAIN
Par le blogue Lecture Chronique 2.0
Le 31 janvier 2020

 

Voici un thriller que je viens vous présenter en retour de lecture. Ce n'est pas pour rien qu'il fait partie de la collection des "contes interdits", petit enfant passe ton chemin, ce livre n'est pas pour toi.

 

Ce conte de fée moderne a été remis au gout du jour et en version adulte. Fini les rêves, place au cauchemar, adieu la candeur pure et innocente, dites bonjour à la sournoiserie et au machiavélisme qui s'invitent pour le plus grand bonheur des adultes.

 

Vous y retrouverez la grand-mère (Tzigane), sa petite fille (Angélika, La Louve), un chasseur (flic) et beaucoup de loups (aussi bien animaux qu'humains). Seulement la ressemblance avec l'œuvre originale s'arrête là, le reste de l'histoire est glauque, sombre, sanguinaire, horrifique.

 

Nous suivons l'histoire à travers les yeux du loup, qui nous partage son envie de chair à se repaître, de l'odeur du sang dans ses narines et surtout de ce gout de vengeance.

 

Une intrigue teintée de violence, sans censure pour des scènes de sexe très osées, qui entraînera Angélika, la séductrice, dans une atroce et terrifiante aventure.

 

Ce livre ne laissera personne indifférent. L'idée géniale de l'auteure de casser les code du conte classique pour le revisiter à sa sauce m'a bien plu. Un récit haut en couleur, détonnant, haletant et accrochant surtout. Je l'ai dévoré avec avidité.

 

Pour conclure la dessus, tout le monde s'accordera sur une seule chose à retenir : IL NE FAUT PAS FAIRE CHIER LE PETIT CHAPERON ROUGE !!!

 

Lecture Chronique 2.0

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Manon Pecourneau
Le 28 février 2020

 

Mon avis :

Un bon deuxième conte interdit, des personnes et saines très crues !

Encore une fois, on sait que c’est pour un public très averti !

 

Une vengeance omniprésente du début à la fin de ce livre, une envie de connaître la vérité et même une envie d’aider le personnage !

 

Si vous aimez les lectures très crues, les contes interdits sont pour vous !

 

Note : 👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻/5

 

Page Instagram Manon Pecourneau

 

Le Petit Chaperon rouge
Par le blogue 4e de couverture
Le 8 mars 2020

 

Et oui, je continue ma quête des contes interdits. Je dois vous avouer que ce petit bouquin m’a énormément surpris. Tout dans ce livre y était: l’ambiance, les personnages, l’histoire et l’intrigue. Cette histoire m’a tenue en haleine jusqu’à la toute fin.

 

On suit une petite fille qui a soif de vengeance et qui fera tout pour arriver à ses fins.

 

Tout est bien placé et la chronologie est trop bien fait. J’ai beaucoup apprécié suivre le petit chaperon rouge dans sa mission.

 

Comparé aux autres contes interdits, l’histoire était moins trash et gore. Tout était bien balancé.

 

5/5

 

page Instragram 4e de couverture

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Pauline bouquine
Le 16 avril 2020

 

Enfin un conte interdit qui a su m'atteindre et répondre à mes attentes ! L'histoire est bien construite, les points communs et les rappels avec le conte d'origine sont bien présents, et effectivement pour être gore, il l'est ! Le début est un peu long, mais nécessaire pour la mise en place de la situation pour comprendre et cerner réellement Angélika et sa grand-mère.

 

L'intrigue est bien mise en place, le côté tsigane apporte cette touche de mythe et de surnaturel que l'on attend tous dans un conte. Mais la réalité reste parfaitement ancrée grâce à l'intervention d'Olivier et de son enquête. Lui qui cherche depuis bien longtemps à faire tomber un réseau très particulier, il va devoir faire la part des choses entre réalité et intervention fantastique et faire confiance à tout ce surnaturel qui gravite autour de lui. Le gore est pour une fois présent à juste dose et accompagné de scène violente et dégradante. Un juste milieu entre la violence et la haine d'Angelika et l'envie de faire tomber légalement ces "méchants" du côté d'Olivier.

 

Ce conte interdit est pour l'instant celui que j'ai préféré et qui est pour moi le plus abouti. Vous l'avez lu ? Est-ce que vous l'avez vous aussi préféré aux autres ?

 

page Instagram Pauline bouquine

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Les lectures de Maria
Le 17 avril 2020

 

Ici on nous emmène dans une histoire de vengeance le petit chaperon veut venger la mort de sa mère et de sa grand-mère

 

On suit tous son chemin sur les hommes qu'elle désire tuer une histoire sombre trash sur certaines mort lié à des activités sexuelle surprenante 🍁 Depuis la petite sirène ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un conte interdit où l'on s'attache au personnage principal parce que les autres au début on peut les apprécier mais au vu de ce qu'ils font par la suite on les aime un peu moins

 

Là on a la même soif de vengeance on comprend le chaperon rouge et certaines morts je dois le dire de par leur Violence sont quand même jouissif car clairement les hommes qu'elle tue ne sont absolument pas des saints ! 🍁 Toujours à mettre entre des mains avertie 🍁 Super point positif on retrouve l'univers du conte originelle le loup la cape la Grand-mère et l'image du loup est belle car dans cette version le loup est un allié du chaperon qu'elle a sauvé lorsqu'il était un louveteau

 

Une belle revisite de ce conte on ne perd rien de l'univers de Perrot non plus au vu des atrocités que l'on peut lire car n'oublions pas que le chaperon rouge de base est loin d'être mignon on parle de chasseur qui éventre un loup avec tous les sous entendu d'un viol et du devenir adulte par ce biais ci 🍁 Si vous l'avez lu dites moi votre ressenti et pour ceux qui veulent plus de réponses n'hésitez pas en commentaire 😘

 

Page Instagram de Les lectures de Maria 

 

Le Petit Chaperon rouge
Par La chouette qui lit
Le 18 avril 2020

 

Avis :

Oubliez tout ce que vous savez du Petit Chaperon Rouge.

 

Sonia Alain prend le temps d'installer ces personnages et l'histoire. D'ailleurs en parlant d'histoire, nous suivons ici Angelika, jeune tsigane, qui tente d'assouvir sa vengeance envers les hommes responsables du massacres de sa famille.

 

Alors bien sûr ce livre fait parti de la collection des Contes Interdits des Éditions ADA, donc nous évoluons dans un univers bien gore et bdsm. Mais dans la bonne mesure.

 

Je l'ai dévoré tellement le récit est fluide. Il n'est pas à mettre entre toutes les mains mais je vous le recommande vivement ! 🐺

 

page Instangram La Chouette qui lit

 

Le 4 juillet 2020
Par Tilipi Patricia Boily

 

Fini en 1 journée, juste WoW 🤩

L’auteur propose des pistes de musique au début du livre, j’adore ce genre de suggestion. Ça nous permet de nous mettre dans la même ambiance que l’auteure quand elle écrivait l’histoire.

 

La Petite fille aux allumettes joue un rôle important dans cette histoire, n’étant pas seulement de passage comme dans plusieurs.

 

J’ai énormément apprécié ce conte. Vocabulaire recherché, phrases magnifiquement tournées, un récit captivant qui se lit en une seule journée tellement il se laisse dévorer. J’ai ardemment apprécié la plume de l’auteure et l’approche qu’elle a prise pour raconter sa version de l’histoire. Elle y fait de belles concordances avec l’original et on s’attache à Angelika et on désire qu’elle parvienne à ses fins. Le mélange entre le surnaturel et le réel est brillamment entremêlé et on y croit.

 

Bravo!

 

Page Facebook du groupe Les lecteurs de romans Noir/Horreur/Policier 

 

Travail scolaire sur Le Petit Chaperon rouge
par Amina, en 2020

 

Bonsoir, j'espère ne pas vous déranger. Je voulais simplement vous partager la critique littéraire que j'ai fait à l'école au sujet de votre livre. J'ai eu 95% et je pense que c'est simplement parce que j'ai adoré votre œuvre! Merci beaucoup 🥰

 

Dans ce récit, l'auteure dépeint l'histoire d'une petite fille retrouvée dans les bois suite à la mort tragique de sa grand-mère, une tsigane en liaison avec les esprits. Devenue une jeune femme au physique parfait, Angelika use de son charme pour amadouer les loups qui ont causé la perte de sa famille. Elle poursuit la quête de son aïeule, cette dernière ayant fait la lumière sur un incident concernant sa fille.

 

La quête obsessive d'Angelika est un élément qui marque cette œuvre. Elle se met en tête de tuer la meute de loups qui a attaqué ses proches. Comme cible ultime, l'alpha aux commandes d'un réseau malhonnête. Lors de sa quête, elle se bat dans le but de dénoncer l'abus de force physique et de pouvoir d'hommes crapuleux au statut social élevé. Angelika adhère à leurs fantasmes pervers et sadiques en jouant le rôle de la proie avec l'intention de refermer son piège sur chaque patte souillée de cette meute vorace.

L'ouverture du récit par l'élément déclencheur est significative dans l'organisation du texte. Dès lors, une jeune femme bafouée est retrouvée morte au bas d'un escalier avec un haut taux d'alcoolémie. Cet événement révèle les ressentiments du personnage principal puisque ce meurtre non-élucidé éveillera les plus sombres instincts primitifs d'Angelika, la motivant à achever sa quête.

 

Dans cette interprétation, la jeune femme rouge représente bien le proverbe "la vengeance est un plat qui se mange froid". Elle se fait justice de façon crue avec l'aide spirituelle de sa grand-mère, tuant un à un les hommes qui l'ont fait souffrir.

Dans la version des frères Grimm, la fillette et la grand-mère élaborent un plan pour venir à bout du loup. Les deux victimes sont vengées et le Petit Chaperon Rouge ne craint plus la forêt.

Le "Petit Chaperon Rouge" serait un conte représentant la vengeance des femmes sur les hommes gourmands.

 

Cette histoire est grandement satisfaisante puisque l'importance est apportée aux victimes et non aux bourreaux.

Que ce soit ici au Canada, où un féminicide frappe tous les 2.5 jours en 2019, ou dans tellement d'autres pays, la femme est bien trop souvent violentée et même tuée par l'homme. Tristement, ces animaux sont souvent exemptés des sanctions adéquates auxquelles ils devraient faire face. Dans ce roman, le personnage principal, étant une femme, décide de châtier ses bourreaux qui ont détruits la vie de plusieurs autres créatures féminines, parfois même mineures.

 

Ce récit de style hybride, obscure et parsemé de rebondissements tient le lecteur en haleine jusqu'à la fin. En effet, une enquête policière chevauche la quête de la protagoniste puisqu'un jeune détective cherche à coffrer les malfrats qu'Angelika pourchasse. Le petit roman des "contes interdits" est un bijou pour le public de "thriller". Entre la communication avec les esprits, les meurtres à répétition, la meute de loups affamés et la cabane au fond des bois, il est impossible de ne pas tourner la prochaine page. De plus, la singularité de la jeune femme à la cape couleur rubis est enivrante pour toute personne adepte d'antihéros comme l'explique ce dernier passage "Les loups existaient bel et bien dans le cœur des hommes, certains plus voraces que d'autres, et c'est sans pitié que ceux-ci avaient fait de sa famille un plat de résistance". (page 40)

 

Le Petit Chaperon rouge
Par Christine, de Les livres de Cody
Le 6 février 2021

 

Il était temps de lire l'un des contes interdits écrit par une femme!

La touche féminine flottant au-dessus de sa plume ajoutait un air rassurant, presque doux à la brutalité de ce récit.

 

J'ai adoré l'ambiance magique des croyances, des mythes et des traditions tziganes tranchant sévèrement avec celle tristement réelle des réseaux de trafic d'enfants et de jeunes filles gérés par des hommes riches, puissants, sans scrupules et surtout intouchables de par leur statut dans la société.

Quand esprits damnés, chasse à l'homme, meute de loups, mafia et enquête policière s'entremêlent, notre petit chaperon rouge guidé par les voix de l'au-delà grâce au lien spirituel inné qui coule dans ses veines, va se lancer dans une mission vengeresse.

 

Je me suis attachée à plusieurs personnages dans ce livre, plus particulièrement au protagoniste que je soutenais corps et âme dans ses derniers retranchements, aussi sinistres furent-ils.

Une jeune fille dont la fureur devient contagieuse au fil du récit n'a d'autre choix que de descendre en enfer pour espérer y trouver un jour la paix.

 

J'ai adoré cette histoire de justicière sensuelle et macabre n'ayant pas peur de se salir, de manipuler et de tromper l'ennemi pour arriver à ses fins.

La seule note qui me laisse un goût amer est de réaliser que ce genre de réseaux de trafic humain existe vraiment, que derrière la fiction se cache une sombre réalité. Même si c'est dur à lire il faut tout de même féliciter l'autrice d'oser dénoncer ces monstruosités qui sévissent dans le plus grand des secrets.

 

Page Instagram de Les livres de Cody